Page 1 sur 1

Témoignage de guérison

Message Publié : 01 Oct 2018 14:25
par Charlotte
Après une longue errance médicale pendant laquelle je me suis heurtée à beaucoup d’incompréhension et égarée dans de nombreuses fausses pistes, ce qui n’a fait qu’aggraver les choses, je pense avoir enfin trouvé la voie de la guérison et j’aimerais que ce témoignage puisse aider ceux qui souffrent de douleurs chroniques dans la bouche, non expliquées par des causes physiologiques, c’est-à-dire ceux qui souffrent de « stomatodynie primaire ».
Diabète, infection dentaire, maladie auto-immune, intolérance à l’histamine, lichen plan, dysfonctionnement des glandes salivaires,... sont quelques-unes des hypothèses qui ont été formulées, et parfois établies comme diagnostic, sans que le traitement de ces pathologies supposées (y compris pendant plusieurs mois un régime draconnien à faible teneur en histamine) apporte une quelconque amélioration.
Essayant de m´aider, certains médecins m’ont proposé différents psychotropes qui, soit n’avaient aucun effet, soit me mettaient dans un état second, me soulageant partiellement mais risquant d’entraîner effets secondaires lourds, dépendance, et une altération de mon comportement, sans avoir rien résolu.
J’avais identifié des facteurs qui m’apportaient une amélioration temporaire (mastiquer, m’occuper, être entourée de ceux que j’aime, méditer, boire un peu d’alcool ou toute autre forme de lâcher-prise,...), mais sans que cela apporte une solution stable à mon problème.
Après un passage dans un service hospitalier de médecine interne, j’ai fini par être orientée vers la consultation de « Pathologies des muqueuses buccales », à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpétrière. La stomatologue m’a prévenue : « je vais vous dire quelque-chose que vous n’avez pas envie d’entendre, votre problème est bien réel, mais il est d’origine psychologique, bien que vous n’ayez pas l’impression d’avoir un problème psychologique ».
Sur ses conseils, même si je restais un peu sceptique, j’ai décidé d’entamer une psychothérapie, bien que ne présentant aucun symptôme de dépression. En réalité je comprends maintenant qu’il fallait « dénouer des noeuds qui s’étaient formés dans ma tête », certains évidents, d’autres insoupçonnés. Il a fallu plus de 6 mois, à raison d’une séance par semaine, pour que des effets positifs commencent à se faire sentir, et s’accélèrent ensuite.
Aujourd’hui les douleurs ont disparu de ma vie quotidienne et ne reviennent qu’exceptionnellement, notamment quand je me replace dans la situation « d’avant ». Mais dans ce cas j’ai appris à les gérer et elles disparaissent rapidement.
Quelques leçons que j’en tire en matière de conclusion :
Ne jamais désespérer, s’accrocher, ne pas hésiter à frapper aux portes, c’est finalement plus un faisceau de différents conseils qui m’ont permis de trouver la solution plutôt qu’une seule « consultation-miracle ».
Tourner le dos à ceux qui vous disent « c’est uniquement dans votre tête », « ce que vous dites n’est pas cohérent », «je ne peux rien faire pour vous ». En effet ils ne peuvent rien faire pour vous, sinon aggraver votre problème.
Ecouter attentivement néanmoins avant de fermer les oreilles (« ce que je vais vous dire n’est pas ce que vous avez envie d’entendre »).
S’entourer, se faire plaisir, vivre quoi !