prise en charge en thérapie comportementale

prise en charge en thérapie comportementale

Message par christine » 04 Déc 2014 10:13

Voici les messages que j'ai reçus du Dr Philippe Peignard

1er message
Je suis le Dr Philippe Peignard. Je vois régulièrement en consultation des personnes souffrant de glossodynie, notamment dans le cadre du CETD Ambroise Paré de Boulogne. Je serai intéressé par un échange avec vos adhérents sur leurs expériences de prise en charge en thérapie comportementale et particulièrement par le biais de l'ACT. Très cordialement. Dr Peignard

Voici quelques précisions sur la thérapie.
CETD veut dire Centre régional d'évaluation de la douleur.

2 eme message
Vous pouvez faire usage en l'état de mon message et de mon adresse. ACT signifie Acceptance and Commitment Therapy, traduit par Thérapie d'Acceptation et d'Engagement, l'une des principale tendance de ce que l'on met sous le vocable de "troisième vague des thérapies comportementales et cognitives". Cette approche est fondée sur un modèle théorique qui fait la synthèse des connaissances neurophysiologiques les plus récentes avec des pratiques millénaires comme certaines formes de méditations. Le but de cette approche est, en l'absence d'explications médicales valide pour la glossodynie et, a fortiori, en l'absence de traitement curatif, de dépasser la souffrance pour pouvoir davantage profiter de l'existence. A côté de cette nouvelle perspective, j'ai recours à la Thérapie des Schémas de Pensée Dysfonctionels Précoces de Jeffrey Young, qui semble d'un certain secours pour des patients souffrant de glossodynie. Précisément, je suis intéressé de savoir si vos adhérents ont expérimenté ces approches et ce que cela leur a apporté ou pas et pourquoi selon eux.

Cordialement. Dr Philippe PEIGNARD.

peignard.philippe@orange.fr
christine
 
Message(s) : 60
Enregistré le: 21 Fév 2013 10:06

Re: prise en charge en thérapie comportementale

Message par arlette50 » 02 Jan 2015 15:11

Bonjour Docteur ,je ne veux pas vous décourager ,mais je pense que si je n'avais plus mal ,je n'aurais besoin de rien. Mon comportement est celui là :quand je n'ai pas mal ,ça va ,et quand j'ai mal ,ça ne va pas,comme tout le monde.Je souffre de brûlures buccales et je voudrais que ça s'arrête,c'est tout et c'est beaucoup
arlette50
 
Message(s) : 1
Enregistré le: 02 Jan 2015 13:59

Re: prise en charge en thérapie comportementale

Message par Ravel-Chapuis » 19 Fév 2015 20:03

Bonsoir,
Depuis 3 ans que je souffre de stomatodynie j'ai "essayé" diverses formules afin de me soulager, dont la TCC durant un an. Cette thérapie bien que très intéressante ne m'a pas beaucoup aidée. Au cours des séances j'ai cru en son "pouvoir" mais les douleurs sont revenues toujours aussi intenses. J'ai également pratiqué l'hypnose (3 séances) qui semble assez convaincante. En ce moment je n'ai pas pris de nouveau RDV car les séances à 60 euros reviennent vite très chères (50 euros pour la TCC) et mes revenus sont limités. D'autre part, j'ai participé à 2 journées en stage de méditation de pleine intention, dans la Drôme (Mirmande), au Centre Durckheim, stage conduit par Monsieur Jacques Castermane. Cette expérience m'a énormément intéressé et je dois avouer que durant ces 2 journées de calme et d'exercices de méditation j'ai bénéficié d' un grand soulagement. Les douleurs sont revenues. Difficile de s'exercer à domicile.
Auparavant j'avais consulté une femme médecin stomatologue au CLB de Lyon. Madame le Dr Bodard. Très accueillante et très à l'écoute, elle m'a proposé un traitement homéopathique (sans résultat), du zinc et de la vitamine B12, ainsi que du magnésium.. Le traitement prescrit pour 6 mois n'est pas encore terminé. J'ai également testé l'acide alpha Lipoïque (petite amélioration). Ce médecin m'avait parlé d'un traitement agissant sur le centre nerveux central ou périphérique comme pour traiter des crises d'épilepsie ... J'ai refusé. Mon médecin-traitant n'était pas d'accord non plus ... néanmoins, il ne propose rien d'autre !! C'est une maladie psychosomatique ... vivre avec !! Celle-ci aurait été déclenchée par un choc affectif très intense (il y a 3 ans le décès simultané à une semaine d'intervalle de ma mère, puis mon père ..âgés, certes ..mais très "perte" douloureuse.
Je me demande quand même si cette maladie n'est pas la conséquence de traitements aux benzodiazépines et antidépresseurs que je suis depuis 40 ans ! (j'aurai 60 ans en avril) Au début des benzo m'avaient été prescrits pour anxiété, puis dépression, et poursuivis durant toutes ces années. Aujourd'hui j'ai entamé une cure de sevrage des benzo (je n'en prends plus depuis un petit mois). Mon médecin-traitant me suit dans cette voie car il me dit que ces médicaments sont dangereux ! (il m'en a pourtant donné lui-même ....).
Voilà l'essentiel de mes démarches thérapeutiques. Je souffre toujours beaucoup par intermittence (la douleur diminue certains jours, certains moments de la journée mais ne disparait pas. Je ne m'explique pas ces variations. Aujourd'hui j'ai arrêté mon travail et donc le stress. Je suis l'heureuse grand-mère d'un petit Antoine de 7 mois .. Je n'ai pas de soucis envahissants. Je fais un peu de sport. J'ai des amis. Seul "bémol" : la famille (excepté mon mari .. qui lui souffre de syndrome Parkinsonien) ne comprend pas mes souffrances..A plus tard, sur le forum. Chantal
Ravel-Chapuis
 
Message(s) : 3
Enregistré le: 19 Fév 2015 18:53

Re: prise en charge en thérapie comportementale

Message par Ejudith » 27 Mai 2015 13:31

Bonjour,

Voici une adresse pour une prise en charge en thérapie comportementale en Suisse.
Bâtiment de Médecine Dentaire Rue Barthélemy-Menn 19 1205 Genève à côté du HUG chez le Dr Combremont Tél. +41223728008. J'y suis allé hier ils sont à l'écoute. Je retourne le 16 juin. Cordialement.
Ejudith
 
Message(s) : 134
Enregistré le: 09 Avr 2013 12:47
Localisation : SUISSE

Re: prise en charge en thérapie comportementale

Message par PEIGNARD » 05 Août 2016 10:28

Mesdames, Messieurs,
Je reviens ... seulement aujourd'hui !!! ... sur votre site.
J'ai pris connaissance des commentaires sur mon message.
Je propose une démarche a priori aberrante pour un médecin : "faire avec".
En l'absence de réponse des chercheurs et de la médecine quant aux moyens de supprimer la douleur de la glossodynie, vous êtes face à une situation chronique ... et donc, vous êtes bien obligés de "faire avec". Alors que peut apporter l'ACT ?
L'ACT préconise d'apprendre à "faire avec" de manière différente, lorsque bien souvent on "fait avec" par obligation, avec un sentiment de démission, voire de soumission, en se laissant accaparer par la douleur et l'obsession de ne plus avoir mal, parfois même la vie est organisée autour de la glossodynie.
Je suis certain que ces propos sont de nature à révolter certaines personnes. "Vous ne savez pas ce que c'est !", peut-on être tenté de me dire.
La posture réflexe contre la douleur est naturelle. Elle est d'autant plus compréhensible que la douleur est persistante et incontrôlable. Face à cet automatisme qui n'arrange rien, l'ACT préconise d'expérimenter une autre attitude, une autre façon de porter son attention, une autre façon de porter son attention sur la douleur et sur la réaction de votre organisme à cette douleur. Cette autre attitude est le contraire du refus, du rejet, du désir de suppression, bien compréhensible, mais remarquablement INEFFICACE.
Avant de commencer des exercices d'ACT posez-vous la question de savoir si vous acceptez d'apprendre à faire des choses qui vont à l'opposé de ce que vous avez spontanément envie de faire, et surtout, si vous acceptez de faire ces exercices sans mesurer leur effet sur la douleur. Car avec l'ACT il est question de la vie et non plus simplement de la douleur de la glossodynie.
Avec mes sentiments respectueux. Dr Philippe PEIGNARD.
PEIGNARD
 
Message(s) : 1
Enregistré le: 05 Août 2016 09:47

Re: prise en charge en thérapie comportementale

Message par Laurent45160 » 10 Août 2016 15:12

Bonjour Docteur

Votre formule "faire avec" est effectivement provocatrice..mais sans doute réaliste.
Néanmoins, il y a un gap entre le vouloir et le pouvoir.
pas simple du tout de faire avec même si la possibilité de filtrer la douleur en occupant le cerveau le cerveau par une passion par exemple, existe.

CDLT
Laurent45160
 
Message(s) : 127
Enregistré le: 15 Mai 2016 12:08


Retour vers Chercheurs et professionnels de la santé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité